November 17, 2004
LeConservateur.com
Informe, et vous decidez..
"LA PAIX, CE N'EST PAS UN VAIN MOT MAIS UN COMPORTEMENT"
ACCUEIL
INFO
ASSOCIATIONS
Autres
14
 
 
 
 
LIVRES
FORUM ARCHIVES MAIL GRATUIT NEWSLETTER BOUTIQUE
La Politique
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Groupe LeannConsulting | Leconservateur.com | LeBaoule.com | Cian.com| LIvoirite.com | LeLyceeClassiqueDeBouake.com
SCIENCE ET SANTE
L'Afrique du Sud malade du sida 

En Afrique du Sud, 22% de la population est porteuse du virus du sida. La proportion est encore plus élevée chez les jeunes adultes. Une énorme catastrophe en matière de santé publique. 

Afrique du Sud 

07/06/1999 - La pauvreté et les problèmes raciaux ne seront pas les seuls problèmes qu'aura à affronter Thabo Mbeki, le nouveau président d'Afrique du Sud. Le sida, en effet, y a pris des proportions gigantesques. Une étude réalisée en avril démontre que 22% des 42,4 millions de Sud-africains sont séropositifs, une proportion qui est encore plus élevée chez les jeunes adultes. À moins d'un miracle médical, 9 325 000 personnes mourront donc de cette maladie d'ici 10 ans, soit 2 550 personnes par jour.

À la fin de 1997, la proportion de séropositifs était déjà élevée, à 14%. La progression du sida est particulièrement marquée dans le Kwazulu-Natal, une province pauvre où un adulte sur trois est atteint. Les étudiants de l'Université de Durban-Westville, dans la même province, sont infectés par le virus VIH dans une proportion de 25%. C'est d'autant plus tragique qu'il s'agit là de la future élite du pays.

En 1990, l'espérance de vie était de 63 ans en Afrique du Sud. On croit que d'ici 2010, l'épidémie de sida va la ramener sous la barre des 40 ans. Les effets de la maladie se font déjà sentir : 100 000 enfants sont devenus orphelins à cause du sida en 1998 seulement.

Les effets économiques promettent aussi d'être désastreux. Les coûts des régimes d'assurance-santé des entreprises sud-africaines sont déjà si élevés que leurs marges bénéficiaires fondent. Dans certaines firmes, ces coûts provoquent même des pertes. Dans ces conditions, on croit qu'il sera difficile d'attirer l'investissement étranger qui pourrait relancer l'économie locale.