August 26, 2012
ACCUEIL DEPECHES CELEBRITE CINEMA J-R SHOWS ARCHIVES IMMOBILIER ECONOMIE Dr AHUA NEWS FAIRE LA PUBLICITE NOS CONTACTS
Copyright 2004©LeConservateur.net All rights reserved. Privacy policy

 

LeConservateur.net
The JacquesRogerShow
“ LA PAIX, CE N'EST PAS UN VAIN MOT MAIS UN COMPORTEMENT ”
FAIRE UN DON
Vos Contributions à: LeannConsulting/Jacques Roger
P.O. BOX 1911 GERMANTOWN, MD 20875 .
 
 

At a press conference, Mitt Romney used a whiteboard to explain his Medicare plan. 08/16/2012

 
 

Video: Is Ryan a risky pick for Romney?

Visit NBCNews.com for breaking news, world news, and news about the economy

 
Where can Ryan help Romney?
 
 
Herman Cain on Saturday gave Mitt Romney two thumbs up for picking Rep. Paul Ryan as his running mate
 
 
Paul Ryan speaks after VP pick
 
 
Romney announces Paul Ryan as VP
 
 
A closer look at Rep. Paul Ryan from CNN Chief Political Analyst Gloria Borger.
 
VIDEO DE LA SEMAINE
John King takes a look at the career of Rep. Paul Ryan and what he would add to Mitt Romney's ticket if he's chosen.

Pundits react to Paul Ryan VP pick

 
INRI-RADIO LE COMPTE A REBOURS: MME JEANNETTE KAH LE GUIL ( EX-PRESIDENTE DE l'UFI) EST L'INVITEE DE FARIDA II
 
REPORTAGE/DIASPORA - UFI WASHINGTON DC: ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DE FIN DE MANDAT DE MME J. KAH LE GUI / PART 1
REPORTAGE/DIASPORA - UFI WASHINGTON DC: ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DE FIN DE MANDAT DE MME J. KAH LE GU I/ PART 2
REPORTAGE/DIASPORA - UFI WASHINGTON DC: ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DE FIN DE MANDAT DE MME J. KAH LE GUI / PART 3
PUBLICITE
MMD WORLDWIDE SHIPPING, INC
MMD WORLDWIDE SHIPPING, INC
 
RADIO LIVE

INRI RADIO "JacquesRogerShow" - Côte d'Ivoire : Invité: Dr Doumbia Major (Ex-Fesciste) - Sam 03 Dec 2011 - 18H ( H. Wash, DC) 23H GMT

DR Doumbia Major, est un homme politique ivoirien, Auteur du livre, "Le manifeste pour l'Afrique". Président du CPR (congrès panafricain pour le renouveau)

EDITION SPECIALE: LA RDC SUR LA VOIE DU GABON OU DE LA COTE-D'IVOIRE? LES NOUVELLES DYNAMIQUES DE LA LITTÉRATURE GABONAISE?

INVITES: Maître Marie Thérèse NLANDU (Londres, Angleterre), Madame Juliette ABANDOKWE (Genève, Suisse), Dr Nadia ORIGO (Paris, France),  Dr Bruno Ben MOUBAMBA (Reims, France), seront les invités du « Dr Mouketou Reçoit », ce dimanche 12 décembre 2011 de 14h30 à 17h (heure de Washington DC).

 

INRI RADIO - FasoRadio - "Une Semaine Au Burkina" Invité: Me Paul KERE, Docteur en Droit - Dim 27 Nov 2011 - 21H GMT

 DR KERE PAUL
Tous les Dimanches - 17H (N.YORK) 21H BF
   
Tous les Mercredis - 21H (BOSTON)
   
MARDI A 21H00 HEURE WASHINGTON
 
REECOUTER LE DEBAT
218-862-1300 code 697557 ou 218-862-7200 code 813641
"JACQUES-ROGER SHOW" - EN DIRECT
FAIRE UN DON
SONDAGE
IVOIRE SONDAGE
 
 
GUINEE CONAKRY
VIDEO DU MOIS
En Côte d'Ivoire: Brou Aka Pascal élu nouveau président du conseil d`administration de la RTI - 08/09/11 - Le représentant du Président de la République au conseil d'administration de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), Brou Aka Pascal, a été plébiscité à la présidence dudit nouveau conseil par ses pairs. Lire l'Article
Les produits naturels pour votre santé
IDEOLOGIE
LE CONSERVATISME: UNE SAGESSE REALISTE
Le conservatisme est avant tout une philosophie, une attitude d'esprit vis à vis du temps qui s'écoule. Notre histoire est riche d'expériences acquises bonnes ou mauvaises. Ces expériences ont permis aux hommes de bâtir une société en dégageant des règles générales applicables à tous pour vivre dans une société libre et harmonieuse. Malheureusement l'histoire se répète, des hommes naissent avec l'illusion du nouveau, en ignorant ce que d'autres ont vécu. Ils s'imaginent que l'histoire commence avec eux. Ils présentent leurs idées comme " progressistes ", " révolutionnaires ", "refondateurs" ou " en rupture radicale " avec leur temps mais en fait ils ne font que répéter de vieilles expérimentations et erreurs grossières.
 
LES GRANDS DOSSIERS
ANNEE TERRIBLE 1999-2000
ETUDE COMPARATIVE DE 16 CONSTITUTIONS AFRICAINES

ÉPIPHÉNOMÈNES BURKINABÈ DE LA CRISE IVOIRIENNE

 
 
 
 
LeConservateur Search
3
.

Elections américaines de 2012

REPUBLICAIN:

Brit Hume Interviews Paul Ryan On Budget, Medicare And Tax Cuts

 
 

La tempête Isaac pourrait épargner la Convention républicaine à Tampa (Floride)

PORT-AU-PRINCE, Haïti (Sipa) — 25/08/12 - La tempête tropicale Isaac devrait devenir un ouragan lundi dans le golfe du Mexique, ont estimé vendredi les prévisionnistes américains. Ils n'excluent toutefois pas qu'il frappe Tampa, en Floride, où le Parti républicain sera réuni pour introniser Mitt Romney comme son candidat contre Barack Obama à la présidentielle de novembre.

Les organisateurs de la Convention, qui se tiendra de lundi à jeudi, affirment qu'ils travaillent en étroite collaboration avec les autorités régionales et fédérales pour surveiller l'évolution d'Isaac tout en préparant l'arrivée attendue de 70.000 délégués, journalistes et manifestants. Le gouverneur de Floride, Rick Scott, a déclaré que le rassemblement était maintenu. L'investiture de Mitt Romney pourrait toutefois être avancée par rapport aux conventions précédentes.

Eric Blake, prévisionniste au Centre national américain des ouragans, a jugé qu'il était encore "trop tôt pour savoir" quel serait le trajet exact d'Isaac, bien que les projections suggèrent qu'il pourrait toucher terre aux Etats-Unis près de la frontière entre l'Alabama et le Mississippi. Il pourrait se renforcer en s'éloignant de Cuba.

La tempête se dirigeait vendredi vers la République dominicaine et Haïti, qui se partagent l'île d'Hispaniola et s'attendaient à des pluies torrentielles, avec 20 à 30cm d'eau. Inondations et glissements de terrain sont particulièrement redoutés.

En Haïti, le gouvernement et les organisations humanitaires ont annoncé avoir élaboré des plans d'évacuation de milliers de personnes de l'un des camps de déplacés installé après le tremblement de terre dévastateur de 2010. Environ 400.000 Haïtiens vivent toujours dans ces installations de fortune.

Isaac devait aborder Haïti vendredi soir et le Premier ministre, Laurent Lamothe, a exhorté la population à éviter de traverser les rivières, à protéger les fenêtres, et garder leur calme. Les autorités ont précisé avoir mis de côté environ 50.000 dollars pour les situations d'urgence et avoir mobilisé des car ainsi que 32 bateaux pour d'éventuelles évacuations.

 

Tampa prépare la grand-messe des anti-Obama

LE MONDE | 25.08.2012 - Par Philippe Bernard (Tampa, Floride, envoyé spécial)
Des plages superbes et des impôts très bas." Avant même que ne commence, lundi 27 août, à Tampa, la convention du Parti républicain, Sharon Calvert, militante "conservatrice", se dit fière de l'image que les 50 000 visiteurs attendus pour l'événement, devraient conserver de sa ville.
Sans hésiter, elle a proposé son aide bénévole sous l'immense forum qui, si la tempête Isaac n'en décide pas autrement, doit abriter la grand-messe officialisant la candidature de Mitt Romney contre Barack Obama à l'élection présidentielle du 6 novembre.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

A l'entendre, ces quatre jours de débat suivis par 15 000 journalistes du monde entier ne sont pas seulement historiques pour la renommée de ce port, longtemps capitale du cigare mais nettement moins réputé que Miami ou Orlando. Ils constituent "un moment de vérité" pour les Etats-Unis : "Choisissons-nous la direction du socialisme à l'européenne, où les gens attendent de l'Etat la réponse à tous leurs problèmes, ou bien retrouvons-nous les valeurs de nos Pères fondateurs: un gouvernement central réduit, et des impôts faibles pour créer des emplois ? ", assène-t-elle.

LE TEMPS N'EST PLUS À LA MODÉRATION MAIS À L'AUDACE

La petite théière aux couleurs de l'Amérique que porte Mme Calvert en broche sur son cardigan noir annonce la réponse. La quinquagénaire blonde platine au regard d'acier, analyste financière et animatrice locale d'un groupe du Tea Party, est ravie que Mitt Romney ait choisi comme candidat à la vice-présidence l'ultraconservateur Paul Ryan. "Enfin, les vraies questions sont posées : pouvons-nous poursuivre tous ces programmes sociaux avec une dette immorale de 16 000milliards de dollars [12 700milliards d'euros] que nous léguons à nos enfants? Le temps n'est plus à la modération mais à l'audace."

Pendant les primaires, elle a soutenu Newt Gingrich, trouvant M.Romney trop tiède. Mais aujourd'hui, l'heure n'est plus aux finasseries. La priorité est de se débarrasser de Barack Obama, qui "achète les électeurs" à coups de subventions et d'allocations "que nous payons de nos poches". "Avec Obama, les prix augmentent et les emplois disparaissent. Chaque matin, les Américains constatent ce que ce président leur coûte", affirme Mme Calvert.

Renvoyer l'actuel locataire de la Maison Blanche, c'est aussi l'horizon de Daniel Tucker, ingénieur chez Honeywell. "Obama a reçu le prix Nobel de la paix en ne faisant rien ; il n'est pas étonnant qu'il ait continué sur la même voie", ironise ce partisan du "libertarien" Ron Paul. Ce militant à la moustache de bon vivant rêve d'un président "ayant les mêmes pouvoirs que la reine d'Angleterre".
Ancien militaire, il souhaite une réduction drastique du budget de la défense, parce que "si les Allemands veulent assurer leur sécurité, ils n'ont qu'à la payer de leur poche, pas de la mienne".

"JE PRÉFÈRE UNE GIROUETTE À UN SOCIALISTE"

La confiance de M. Tucker à l'égard du candidat républicain est limitée : "Mitt Romney veut être élu sans exprimer la moindre opinion car il sait que chaque parole peut lui coûter des voix." Pourtant, sans hésiter, il votera Romney car, dit-il, "je préfère une girouette à un socialiste". "Lui, au moins, on pourra le guider." Pour ce faire, il fait confiance lui aussi à l'ultralibéral Paul Ryan, président de la commission du budget de la Chambre des représentants, "un conservateur extrêmement brillant, un beau gosse qui plaît aux femmes". "Si Romney est élu, ce sera grâce à lui."

Tous les courants représentés à la convention de Tampa semblent animés par la même conviction: la présence sur le ticket républicain du jeune et dynamique représentant du Wisconsin, grand pourfendeur des dépenses publique, dynamise la candidature Romney, lui donne la substance, l'authenticité et la proximité avec les classes moyennes qui lui manquaient.

"Quelle chance qu'il ait été choisi!, s'enthousiasme Marlene O'Toole, représentante de l'Etat de Floride et déléguée à la convention: il est jeune mais il connaît déjà le job et apporte son expertise. Il ressemble au fils, au petit-fils dont chacun rêve: bien élevé, malin, audacieux. Il va remettre ce pays sur les rails. Renouer avec notre histoire, où on ne vit pas d'allocations mais en se levant chaque matin pour travailler dur." Cette morale-là est précisément celle dont se réclame Kyle Eazsol, 20 ans, étudiant en gestion à l'université de Floride du Sud (USF) à Tampa. Pour financer sa prochaine année, il a travaillé tout l'été à élaguer des arbres, six heures par jour. Un travail bien payé parce que dangereux. Lui non plus ne voit pas pourquoi une partie du fruit de son labeur finirait, par le biais des impôts, "dans la poche de gens qui passent leur temps à se plaindre au lieu de chercher du travail".

"CHOISIR ENTRE DEUX ESCROCS"

Romney ou Obama? Pour la première fois de sa vie, Kyle Eazsol a le droit de voter. Mais il refuse de "choisir entre deux escrocs". Obama personnifie l'assistanat qu'il déteste. Quant à Romney, "il a réussi dans ses affaires, mais en payant mal les salariés". "Je n'appelle pas ça réussir." Kyle, attiré par les idées de Ron Paul, "ne croit absolument pas à l'intervention de l'Etat". Diminuer les impôts des plus fortunés, comme le propose le tandem Romney-Ryan? "Ils vont s'enrichir encore plus et pouvoir prendre plus vite leur retraite en Floride!" Aider les moins favorisés, comme le prétend M.Obama? "Il ne fait qu'attirer les pauvres et augmenter leur nombre." Sur les campus de Tampa, la ferveur pro-Obama de 2008 ne paraît pas se reproduire. Même le déferlement républicain sur la ville n'y peut rien. Alex Caraballo, 21 ans, étudiant en droit et militant démocrate, a tenu en 2011 une table dans sa fac pour inciter les étudiants – largement favorables au président – à s'inscrire sur les listes électorales.

Mais cet été, au lieu de militer, il a passé son temps à rechercher un emploi rémunéré. "En 2008, les étudiants avaient le sentiment de "faire l'histoire" en militant pour l'élection d'Obama. Cette année, ils sont avant tout préoccupés par leurs problèmes financiers et le manque d'emplois dont certains peuvent rendre le président responsable", explique Susan McManus, professeur de sciences politiques à l'USF.

De Starbucks à des cabinets d'avocats, Alex a envoyé des CV par dizaines. En vain. La présidentielle et la campagne de Barack Obama en ont fait les frais. Un obstacle financier, mais aussi, admet-il, "un déficit d'enthousiasme".

 

Mitt Romney choisit Paul Ryan comme colistier

Le candidat républicain à la présidence des Etats-Unis formera un ticket avec ce représentant de 42 ans conservateur et spécialiste de l'économie. Signe que ce dernier thème devrait être au coeur de la campagne. A deux semaines de la convention républicaine de Tampa, en Floride, qui doit faire de lui le candidat du parti pour les élections présidentielles du 6 novembre prochain, Mitt Romney a mis fin au suspense. Il a choisi Paul Ryan, 42 ans, représentant du Wisconsin, comme colistier. Le ticket Mitt Romney -

Fin des spéculations
Depuis plusieurs semaines, les spéculations allaient bon train pour savoir qui allait être le candidat à la vice-présidence. Si le poste est surtout honorifique, il peut être crucial puisque, en cas de décès ou d'empêchement, c'est le vice-président qui achève le mandat. Surtout, ce « deuxième homme » a une fonction électorale, il permet de capter une partie de l'opinion pas forcément convaincu a priori par le candidat à la présidence.

Assurer ses arrières
Mitt Romney, en difficulté dans les sondages, pouvait alors choisir un homme du centre afin de capter les électorats indécis de plusieurs Etats clés lors de la campagne. Il a en réalité préféré assurer ses arrières en nommant un conservateur qui rassurera l'aile droite du parti républicain.

Vieux routier
Paul Ryan est un vieux routier de la politique américaine, malgré son âge. Il est entré en 1998 à la chambre des représentants et est résenté par Mitt Romney comme un "leader intellectuel du parti". Sa spécialité, c'est l'économie : membre de la commission des Finances de la chambre, il avait proposé en avril un contre-projet de budget pour s'opposer à celui de l'administration Obama et baptisé "le chemin vers le renouveau". Un projet qui visait à rétablir des finances publiques saines par des coupes drastiques dans les dépenses et qui reprenait les grandes lignes d'un premier plan de ce genre qui avait été adoptée par la chambre en 2010 avant d'échouer devant le Sénat. Dans son premier discours ce samedi, il a promis de "restaurer la grandeur" des Etats-Unis.

L'économie au cœur de la campagne
Catholique et grand admirateur de l'écrivain libéral Ayn Rand, il a également lutté contre les projets démocrates d'assurance maladie. Sa candidature était soutenue par les conservateurs républicains et le très libéral Wall Street Journal. Pour Mitt Romney, qui se lance dans les prochains jours dans une campagne en bus en Virginie, Caroline du Nord, Floride et Ohio, il s'agit de faire les pleins des voix à droite tout en s'assurant un atout dans le domaine de l'économie, le point faible de Barack Obama qui n'a pas su véritablement faire sortir les Etats-Unis de la stagnation dans ce domaine.Dès samedi, l'équipe du président sortant a prévenu : Paul Ryan défend une "vision radicale et mauvaise" de l'économie qui, si elle était mise en oeuvre conduirait à "répéter des erreurs catastrophiques".

   

Pourquoi Mitt Romney prend ses distances avec Paul Ryan

Pas question d'effrayer les électeurs avec les projets de rigueur de Paul Ryan. Mitt Romney affirme donc avoir son propre budget. Deux jours à peine après avoir choisi Paul Ryan comme colistier, Mitt Romney prend déjà ses distances avec lui. "J'ai mon propre budget. Et c'est à partir de celui-ci que nous ferons campagne", a déclaré dimanche le prétendant républicain à la Maison Blanche. Le message est clair: à trois mois des élections, le candidat républicain ne veut pas effrayer les électeurs avec des coupes budgétaires importantes. Il faut dire que le programme économique de son vice-président potentiel a de quoi faire peur.

A 42 ans, Paul Ryan, qui est à la tête de l'influente commission du Budget à la Chambre des représentants, a fait de la dette son ennemi numéro un. Et ses propositions pour la réduire ne passent pas inaperçues dans une Amérique affaiblie par la crise économique et la remontée du chômage . Son plan d'action, résumé dans un document de 73 pages intitulé " path to properity ", consiste réformer à la baisse les programmes d'aides aux plus défavorisés ou aux personnes âgées en remplaçant, par exemple, l'assurance maladie des seniors par des bons permettant d'acheter des polices privées, ou en supprimant l'assurance-maladie des plus pauvres.

En tout, Paul Ryan propose de sabrer 6200 milliards de dollars de dépenses sur les dix prochaines années. Une révolution qui, même si elle s'accompagne de baisse de taxes, risque d'effrayer une partie des électeurs, et notamment les personnes âgées dont le vote est très précieux dans les Etats clés de la Floride, la Pennsylvanie et l'Ohio.

La réduction de la dette, dossier majeur de l'après élection

Le camp démocrate compte bien profiter de la situation. Pour eux, la nomination de Paul Ryan est une bénédiction. "Mitt Romney a choisi un élu influent de la Chambre des représentants qui partage sa conviction dans une mauvaise théorie économique: elle consiste à croire que de nouvelles exemptions fiscales pour les plus riches, qui grèveront le budget, associées à la mise en place d'un fardeau plus lourd sur les épaules des classes moyennes et des plus âgés, permettront d'une manière ou d'une autre d'avoir une économie plus forte", ironise Jim Messina, le directeur de campagne de Barack Obama. Néanmoins, la partie n'est pas gagnée pour Barak Obama.

L'élection présidentielle du 6 novembre sera dominée par les questions économiques. Et Paul Ryan est considéré comme un expert dans ce domaine. Certes, ses idées dérangent. Cependant, de plus en plus d'Américains ont conscience qu'il faut réduire la dette, qui représente environ 100% du PIB. Ils se rendent compte aussi qu'un système de protection sociale généreux, comme en Europe, n'est pas forcément la solution.

"La grande question, actuellement, est de savoir si les Etats-Unis vont pouvoir éviter le gouffre budgétaire ", note Mark Allan, économiste chez Axa Investment Manager. Actuellement, les marchés obligataires sont cléments avec les Etats-Unis (le taux à 10 ans des bons du trésor atteint à peine 1,65%). Mais leur mansuétude ne tient qu'à un fil. Républicains et démocrates vont devoir trouver un compromis en urgence après les élections afin de donner un vraie feuille de route pour les finances publiques. Par ailleurs, il faudra sans doute à nouveau relever le plafond de la dette début 2013 . Dans ce contexte, avoir Paul Ryan dans son équipe peut être un atout

 
 
LEANNCONSULTING - SPECIALISTE DES CADEAUX DE FIN D'ANNEE
INSIDE POLITICS
SUIVEZ L'ACTUALITÉ POLITIQUE HEURE PAR HEURE
237 Obama 110
Romney
191
 
Présidentielle américaine: Mitt Romney prend ses distances avec le projet budgétaire de Paul Ryan. 13/08/12
 
Double cérémonie de baptême de promotion et de remise d'épaulettes à Zambakro, en présence du Président de la République, SEM. Alassane OUATTARA (Yamoussoukro, le 11 août 2012)
Weekly Address All-Hands-On-Deck Response to the Drought
Bien vu du Tea-Party, Paul Ryan pourrait avec son plan de coupes budgétaires mobiliser l'électorat conservateur, parfois dubitatif face à l'image centriste de Mitt Romney. 11/08/12
Gabon : Mba Obame rentre


Le gouvernement a mis en place un dispositif de sécurité pour empêcher des manifestations de mobilisation des partisans de l'opposant. 11/08/12
Syrie : Alep, un enjeu stratégique
Les combats ont fait rage, ce vendredi 10 août 2012 à Alep, entre l'Armée syrienne libre (ASL) et les troupes régulières, le bombardement d'une boulangerie tuant notamment une dizaine de personnes.

USA: Republican fears over Mitt Romney's potential running mate have shifted from another Sarah Palin–style flameout to something even more dangerous—a dull white guy like Rob Portman. Lire Article

 

GHANA: Le Ghana rend hommage à John Atta Mills, "homme de paix"

ACCRA (Reuters) - Des dizaines de milliers de Ghanéens ont rendu un dernier hommage vendredi au président John Atta Mills, disparu brutalement après avoir contribué à faire de son pays l'une des locomotives économiques du continent africain. Lire l'Article

VIDEO: MASSACRE A ZOGOTA ( GUINNE FORRESTIERE))