ACCUEIL 1 SEMAINE AU BF FACE A FACE REFLEXION JRSHOWS ONE ON ONE NANGADEF AMOROSPORTS
Copyright 2004©LeConservateur.net All rights reserved. Privacy policy

 

LeConservateur.net

LA PAIX, CE N'EST PAS UN VAIN MOT MAIS UN COMPORTEMENT
IDEOLOGIE
LES CONSERVATEURS
"L'attitude de l'être face au monde qu'il cherche à connaître doit être une attitude d'humilité" - Havek
 
RADIO JRSHOW
Cliquer sur la radio
Le Numero
218-862-1300

code d'accès

697557
suivi de la touche 5* pour participer
 
LIVRE
 
PUBLICITE

Les Bonnes affaires
VENDRE OU ACHETER
Tel: 240-351-6471
 
 
 
 
   
 
LE CONSERVATISME
 
LE CONSERVATISME: UNE SAGESSE REALISTE
 
QU'EST CE QUE LE CONSERVATISME?

1. Une philosophie

Le conservatisme est avant tout une philosophie, une attitude d'esprit vis à vis du temps qui s'écoule. Notre histoire est riche d'expériences acquises bonnes ou mauvaises. Ces expériences ont permis aux hommes de bâtir une société en dégageant des règles générales applicables à tous pour vivre dans une société libre et harmonieuse.

Malheureusement l'histoire se répète, des hommes naissent avec l'illusion du nouveau, en ignorant ce que d'autres ont vécu. Ils s'imaginent que l'histoire commence avec eux. Ils présentent leurs idées comme " progressistes ", " révolutionnaires " ou " en rupture radicale " avec leur temps mais en fait ils ne font que répéter de vieilles expérimentations et erreurs grossières.
A travers ce principe de continuité historique ainsi énoncé, l'attitude conservatrice, consiste à analyser et prendre en compte ces expériences pour ne pas répéter les erreurs passées. Il appelle ainsi à " conserver " des règles applicables à tous qui peuvent contribuer au bien commun ( = qui consiste à assurer les conditions favorables pour permettre à chacun de poursuivre ses objectifs personnels.) et à rejeter toutes les valeurs apparues au cours de l'histoire qui ont démontré avec le temps, leur caractère néfaste.

Il s'agit donc de procéder à un tri incessant au fil du temps. Car les règles qui hier étaient satisfaisantes ne le sont pas forcément demain dans une société qui évolue en permanence avec ses coutumes et traditions. Aussi la principale difficulté qui en découle est de conserver les règles universelles, celles qui traversent le temps et l'espace.
Le conservatisme est donc une attitude réaliste et lucide de l'histoire avec le désir d'une quête du bien incessante. Il n'est pas une opposition au progrès, bien au contraire.

Une histoire liée à celle des Etats Unis

Après la seconde guerre mondiale devant la crise sociale et morale de la société américaine, beaucoup d'intellectuels de tout horizons se sont interrogés sur les causes de ce malaise profond.

L'Etat Providence bâti par Roosevelt pendant la grande crise des années 20 fut bientôt la cible de critiques nourries. Fondé sur la planification progressive de l'ensemble de la société et d'inspiration socialiste, il avait jeté des millions d'américains dans l'assistanat et la dépendance la plus totale. Le mal être de l'homme était justifié. Il avait perdu une partie de son soi essentiel : sa liberté et sa dignité. Il fallait donc revenir aux valeurs qui avaient bâti l'Amérique, celle des pionniers qui étaient venu au nouveau monde pour construire un société libre et ouverte ou chacun aurait sa place en harmonie avec les autres. Cette amérique des pionniers allait bousculer l'Etat Providence, remettre en avant les valeurs du courage, le goût du risque, de l'entreprenariat, de liberté au détriment de la paresse, de la servitude, de l'assistance et de la peur.
C'est la redécouverte des valeurs prônées par le français Frédéric Bastiat abondamment lu après guerre et inconnu en France et la redécouverte d'autres auteurs classiques libéraux, qui ont transformé l'Amérique et lui ont donné une nouvelle jeunesse . Et plus récemment avec les contributions de Hayek d'origine autrichienne dont l'influence dans les années à venir ne va cesser d'augmenter.

Révélé dans les années 50 avec le livre choc de Russel Kirk" The Conservatism mind " paru en 1953 , le conservatisme pose ses bases d'après guerre. Ce livre remporte rapidement un vif succès. Le conservatisme prend rapidement son essor dans un contexte d'insécurité croissante, de chômage, de pauvreté, de permissivité qui traverse les Etats Unis. Les conservateurs de l'époque accusent le déclin des USA depuis de nombreuses années, en dénonçant la perte des repères, une criminalité galopante, un étatisme croissant se traduisant par un assistanat et des prélèvements obligatoires trop élevés.
D'abord intellectuel le mouvement devient rapidement très populaire. Les nombreux soutiens que ce mouvement reçoit dans les partisans du Parti Républicain conduit celui ci à réaxer sa vision politique. Il devient rapidement la traduction politique du mouvement conservateur. C'est ainsi qu'un de ses plus fidèles partisans conduit le mouvement à la victoire aux élections présidentielles de 1980 : le gouverneur de Californie, Ronald Reagan, l'un des plus grands président des Etats-Unis.
Ainsi le mouvement conservateur a influencé aussi bien les élites politiques et culturelles que la société civile toute entière, notamment à travers les milliers de fondations conservatrices tout aussi prestigieuses les unes les autres. Son ascendance est telle, que les partis politiques adverses comme le parti démocrate en sont eux mêmes contaminés. Des intellectuels de la Gauche américaine ont même rejoint la pensée conservatrice en créant un mouvement dit néo-conservateur.

La Grande Bretagne, qui n'a jamais vraiment coupé le cordon ombilical avec ses anciennes colonies d'Amérique, s'est laissée, elle aussi influencé par ce mouvement. De nombreux aller-retours d'observateurs des Tories, ramènent les idées et les études menées par les grandes fondations américaines. Mais la Grande Bretagne, avait opéré son virage politique bien avant les USA. Car depuis 1975 le parti conservateur avait un nouveau chef en la personne de Margaret Thatcher fascinée par ce nouveau courant d'idées libérales et héritière de la tradition des "Old Whigs" , ces premiers libéraux anglo-saxons. Celle ci devient le nouveau Premier Ministre de la Grande Bretagne un an avant Reagan après avoir battu une Gauche très socialiste dans un contexte économique et social dramatique pour son pays.
Sous l'influence de Margaret Thatcher , l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie ont eux aussi rallier les idées conservatrices.

" Plus conservateur que le libéralisme européen, mais plus libéral que le conservatisme européen " Clinton Rossier

Pour comprendre le dessein de George William Bush junior, il faut comprendre le conservatisme et son histoire.
Le conservatisme américain que l'on connaît (mal) aujourd'hui, prend ses racines dans les années 50 avec le livre choc de Russel Kirk" The Conservatism mind " paru en 1953 et qui pose les bases du conservatisme d'après guerre.
Ce livre remporte rapidement un vif succès. Russel Kirk décrit le Peuple américain comme ayant" toujours été un peuple animé de puissantes pulsions conservatrices, pénétré d'un sentiment religieux sans commune mesure, fermé dans ses convictions morales, hostile à l'arbitraire du monarque comme à celui, méfiant face à la centralisation, attaché à ses droits prescriptifs et convaincu de la nécessité et des bienfaits de la propriété privée ".

Profondément marqué par le libéralisme humaniste et ses trois piliers : liberté individuelle, droit de propriété et responsabilité: qu'il défend âprement. Animé d'une volonté de restaurer un ordre moral marqué par la religion dans une société individualiste, tel est ce mélange à la fois curieux et original qui constitue le conservatisme américain.

" préserver nos intelligences de la stérilité et de l'uniformité de la société de masse...Réhabiliter l'esprit et la conscience dans un monde voué depuis trop longtemps aux pires horreurs... Donner un sens nouveau à nos sociétés industrialisées ... Contrecarrer le collectivisme par la restauration d'un véritable tissu communautaire, apprendre aux hommes à aimer leur pays, leurs ancêtres et leur postérité... Rétablir un lien entre les générations. Program for Conservatives, Kirk Russel.

Deux piliers :
l'état de droit
l'ordre moral transcendantal

Un état de droit
L'état doit être fort dans ses tâches régaliennes mais accomplissant pour le reste une " cure d'humilité ". Les conservateurs luttent contre toute forme de collectivisme.
Ils défendent les corps intermédiaires et la subsidiarité.

Un ordre moral transcendantal
Il s'agit de réhabiliter une approche traditionaliste et spiritualiste des problèmes contemporains et rendre toute leur vigueur " aux normes absolues et transcendantes ". Devant la faillite de l'individualisme des lumières, " crise morale issue de l'orientation scientiste et matérialiste de la fin du Moyen Age. "
Il croient à la " Loi naturelle " : " vérités absolues, immuables et éternelles " socle de la civilisation chrétienne.
Les conservateurs prônent donc un retour à la religion et à la tradition pour remédier à la crise morale. " Réhabilitation des notions d'autorité, de hiérarchie, de catholicisme, de tradition, d'absolu, de dogme, de vérité et au discrédit des idées... " " ...d'égalitarisme, de progrès, de protestantisme, de pragmatisme et de personnalité " Robert Gorham Davis.

Ainsi la religion occupe une place importante :
" Sans un référent transcendant et religieux, les conflits de valeur ne peuvent être résolus " Richard Neuhaus. " la religion est essentielle à la vertu publique ".
Les conservateurs préfèrent des religions plurielles et dialoguantes à un athéisme obligatoire imposé d'en haut.
Ils sont traditionalistes par leur amour des coutumes et des traditions.

Conserver quelques valeurs sans lesquelles, pensent-ils, la société entre en barbarie.
Nécessité d'une hiérarchie sociale, d'une école exigeante, d'une familles structurée à côté d'un ordre moral et d'un état de droit.

La liberté d'opinion reste fondamentale : les conservateurs défendent la libre confrontation face à " la police de la pensée "

Le principe de continuité historique
Les conservateurs montrent un attachement à ce principe qu'illustre très bien Joseph Tischner professeur de philosophie à l'Académie de théologie de Cracovie " Le conservatisme dans son acceptation première, existentielle, traduit une attitude particulière à l'égard du temps qui s'écoule ; le temps ne nous apporte rien de nouveau. Quoiqu'il arrive, il constitue la répétition de ce qui s'est déjà produit. Nous entrons toujours dans la même eau. Chaque nouveauté est une illusion du nouveau. L'illusion résulte de l'individualisation. Parce que l'individu ignore ce que d'autres individus vivent et ce qu'ils ont vécu, il s'imagine que l'histoire commence avec lui. ".

" pas de liberté pour les ennemis de la liberté "
La méfiance du conservatisme à l'encontre des idéologies réformistes (New Deal, Reich allemand, Communisme...)
lui donne une orientation particulière durant toute la guerre froide par un anticommunisme viscéral. Le conservatisme américain devient " la résistance du monde libre à la menace communiste ". Les conservateurs ne tardent pas à rejoindre les positions du sénateur Mac Carthy l'instigateur de " la chasse aux sorcières ".

La condamnation de l'idolâtrie du marché et celle de L'état : ils ne font pas religion du capitalisme ni de l'état providence, car ils ont en général une religion qui suffit à occuper le lieu du sacré.

Le capitalisme : un rempart contre L'état.
La résistance aux tendances centralisatrices, égalitaristes, et étatistes héritées de la révolution française sont leur credo. Ils luttent contre L'état tout puissant qui sort de ses tâches régaliennes, et étend ses champs d'action. Pour eux, " Le capitalisme contribue à asseoir une multitude de centres de décision susceptibles de rivaliser avec L'état "
Ils croient aux vertus politiques du marché : décentralisation des richesses et barrières infranchissables sur le chemin de L'état.
La libre entreprise constitue le socle le plus solide des libertés publiques et du pluralisme social.

Un souci de moraliser l'économie
Réintégrer le système économique dans un strict cadre éthique : " Une économie de marché ne peut fonctionner que si ses acteurs sont décidés à respecter les principes du contrat. Si chacun essaye de tricher (..) le système s'effondre " Kristol et Paul Weaver 1976
Ne pas faire du profit une fin en soi.

La Crise sociale : les errements de l'état-providence
Ils prônent La fin de l'état-providence qu'ils rendent responsables des problèmes de solidarité et de l'individualisme croissant. Ils souhaitent la revalorisation de la notion de subsidiarité et du rôle déterminant des " communautés de proximité " plus à même de gérer de façon souple et responsable les mécanismes de solidarité.
" La compassion est sincère lorsqu'elle est dirigée vers des individus (...) La compassion érigée en un mouvement politique est une chose très dangereuse et, à mon avis perverse (...). Quand les gens deviennent des fonctionnaires de la compassion et commencent à en faire carrière que ce soit sur un plan politique, journalistique ou artistique je dois dire que je doute de leur bonne foi. " Irving Kristol

Le début de la révolution conservatrice : l'avènement de Ronald Reagan
Après presque 30 années de combat les conservateurs avec Ronald Reagan sont portés à la Maison Blanche.
Reagan a été profondément marqué dès sa jeunesse par le mouvement conservateur notamment par ses Affinités avec la National Review (une des grandes revues intellectuelles du mouvement conservateur), et son admiration pour les intellectuels néo-conservateurs de Commentary et de The Public Interest.(autre tendance conservatrice issue de la gauche américaine)
Dès son arrivé au pouvoir les Etats-Unis opèrent un " Virage à droite "
Sur le plan économique, il reprend les thèses de l'économie de l'offre prônée par Jean Baptiste Say : " l'offre crée sa propre demande ". Déréglementation, baisses des impôts s'appuyant sur la célèbre " courbe de Laffer ". Les succès économiques que l'on connaît ont été incontestables. Sur le plan social la réforme en profondeur du système de solidarité a bénéficié aux associations charitables et aux communautés de proximité qui se sont multipliées. Mais sa politique d'ordre moral ne reste qu'une ébauche, devant l'opposition molle au programme de la gauche libérale " féminisme, multiculturalisme, et permissivité sexuelle ". il s'est contenté de réduire les subventions à des fondations jugée subversives. Décevant beaucoup de conservateurs américains.
Mais l'arrivé des conservateurs marque aussi l'avènement d'une politique étrangère d'une grande fermeté. Dans l'histoire des Etats-Unis.

George William Bush Junior, incarne la continuité de la politique entreprise par Ronald Reagan, avec un programme qui cette fois ci en plus d'objectifs économiques et sociaux sera culturellement profondément conservateur. Mais malgré les nombreux lobbies conservateurs, les médias restent sociologiquement à Gauche aux USA. Peut être que Bush va opérer un renouveau culturel initié par Reagan qui va contrebalancer la culture gauchiste qui imprègne le monde culturel, les médias, et les grandes universités américaines actuelles. La révolution conservatrice ne fait donc que commencer !
Jean Baptiste S.

Lire : " Le conservatisme américain " de Nicolas Kessler Collection Que sais-je ? PUF n°3364

"La liberté n'est pas, comme l'origine du mot pourrait sembler l'impliquer, une exemption par rapport à toute contrainte, elle est bien plutôt l'application la plus effective de chacune des justes contraintes à tous les membres d'une société libre, qu'il soient sujets ou magistrats." Adam Ferguson