May 27, 2008

ACCUEIL GOSSIP BEAUTE PHOTOS XX PHOTOS XX TALK SHOW FAIRE LA PUBLICITE NOS CONTACTS
Copyright 2004©LeConservateur.net All rights reserved. Privacy policy

 

LeConservateur.net
LA PAIX, CE N'EST PAS UN VAIN MOT MAIS UN COMPORTEMENT
IDEOLOGIE
 
LIVRE
SHENKA
 
TELEVISION
SUIVEZ MON EMISSION
SUIVEZ LES EMISSIONS DE SANTE
 
PUBLICITE
"J-R Reçoit"
Micro ouvert exclusive sur Afrikmedia.com
DEBAT SUR LA POLITIQUE AFRICAINE
Cliquer sur la radio pour écouter nos émissions
Cliquer sur la radio
Pour participer appelez
Le Numero
712-432-3900

code d'accès

2136318
suivi de la touche #
 

Les Bonnes affaires
VENDRE OU ACHETER
Tel: 240-351-6471
 
 
 
 
 
 
Le Waldorf Astoria hôtel
Gbagbo et sa suite dans l`hôtel le plus cher des Etats-Unis
   
  mardi 22 avril 2008 - Par Le Nouveau Réveil
Au moment où les Ivoiriens meurent de faim et qu`il leur est formellement interdit de crier qu`ils ont faim sous peine d`être froidement abattus dans la rue comme des chiens par une police aux ordres, Laurent Gbagbo continue de défendre et d`assumer partout la réputation gabegique et budgétivore de son régime. Récemment en déplacement aux Etats-Unis, le chef de l`Etat ivoirien et sa suite ont déposé leurs valises dans le réceptif hôtelier le plus huppé et aussi le plus cher de tous les Etats-Unis d`Amérique, le célèbre Waldorf Astoria hôtel. Le Waldorf Astoria hôtel est un joyau architectural de 47 étages (soit 191m) planté en plein cur de Manhattan, plus précisément au 301 Park Avenue New York NY10022. C`est un hôtel de grand luxe mondialement connu, notamment pour ses expositions d`art, point de chute privilégié des Emirs, rois, princes et autres richissimes visiteurs en transit dans la capitale économique américaine. Le prix moyen d`une nuit dans ce lieu paradisiaque est 750 dollars US soit plus de 300.000 franc CFA. Bien entendu, il ne s`agit que de prix moyen car dans cet établissement, tout le monde n`est pas logé à la même enseigne. A Waldorf Astoria hôtel, il existe des suites qui peuvent aller jusqu`au double du prix moyen c`est-à-dire 1500 dollars. C`est donc cette merveille du monde qui a accueilli Laurent Gbagbo le socialiste et son imposante suite de courtisans. Tous ont passé leur séjour dans cet hôtel, 5 jours durant, aux frais payés. Et Dieu seul sait ce que cela a coûté au contribuable ivoirien quand on prend en compte l`hébergement, la restauration et autres services offerts par l`établissement à l`ensemble de la délégation de Gbagbo. Pour ce déplacement, Gbagbo n`a pas voyagé avec le Grumann présidentiel. Un avion a été loué afin de pouvoir transporter la cinquantaine de membres de la délégation présidentielle. Il faut rappeler qu`à l`époque où il était aux affaires et qu`il se rendait à New York, le Président Bédié séjournait à Palace hôtel où le prix moyen, selon nos sources, était de 250 dollars US. Nos socialistes de refondateurs qui ont un faible pour le grand luxe ne peuvent pas s`accommoder d`un hôtel aussi commode.

Paul Koudou
 
QUI EST JAMES JACKSON III "50 CENT"

50 Cent (« fifty cent »), de son vrai nom
Curtis James Jackson III, est né le 6 juillet 1975, dans le Queens, à New York. Rappeur américain de premier plan, il a connu un grand succès grâce aux albums Get Rich or Die Tryin' et The Massacre. 50 Cent a acquis des reconnaissances multi-platinum et vendu plus de 30 millions d'albums dans le monde. Il grandit sans père et est élevé par sa mère Sabrina Jackson qui lui a donné naissance alors qu'elle n'avait que quinze ans [1]. Sabrina vend de la cocaïne mais elle éduque néanmoins son fils, au moins jusqu'à son assassinat. Elle n'a que vingt-trois ans lorsqu'un inconnu drogue son verre. Inanimée, elle est laissée dans son appartement avec le gaz ouvert et les fenêtres fermées... et des pilules d'extasy entre les orteils. [1] [2] Curtis n'a que huit ans. Après la mort de sa mère, Curtis emménage chez ses grands-parents avec neufs oncles et tantes. Il raconte : Je me souviens que ma grand-mère m'a dit : « Ta maman ne rentre pas, elle ne reviendra pas te reprendre, tu resteras donc avec nous maintenant. C'est alors que j'ai commencé à traîner dans la rue. »
LA MAISON DE 50 CENT
 
Curtis jouait beaucoup au basket-ball, puis commence la boxe à l'âge de onze ans. Dans les années 1980, il participe aux Junior Olympics en tant que boxeur dans la catégorie amateur. Son but est de combattre dans le tournoi de boxe des Golden Gloves mais on ne l'autorise pas à participer à la compétition du fait de son jeune âge. [5] Curtis fait le rapprochement entre le rap et la boxe : J'étais très compétitif sur le ring et le hip-hop aussi est une compétition. Je crois que les rappeurs se préparent presque comme des boxeurs, ils ont tous envie de devenir champion. [5]

À 12 ans, Curtis commence à vendre de la drogue. Il dira plus tard que vendre de la drogue était « facile », puisque la majorité des personnes qu'il connaissait quand il était jeune faisait de même. [4] Généralement, il cachait la cocaïne à sa grand-mère et allait à l'école avec des armes et l'argent de la drogue. Il est finalement dénoncé par un détecteur de métal au lycée Andrew Jackson. Il avouera plus tard : J'étais gêné de me faire arrêter comme ça. C'est la pire façon d'être arrêté. Après mon arrestation, j'ai arrêté de me cacher. Je disais ouvertement à ma grand-mère 'Je vends de la drogue'.[4]

Le 29 juin 1994, Curtis est arrêté pour avoir aidé à vendre 4 ampoules de cocaïne à un officier de police en civil. Il est à nouveau arrêté trois semaines plus tard quand la police fouille son appartement et trouve de l'héroïne, 280 grammes de crack et un pistolet pour starter. Il risque de trois à neuf ans de prison, mais il finit par obtenir de servir pendant sept mois dans un boot camp, un camp de redressement aux méthodes et à la discipline militaires. [6] Là, il obtient son GED (General Educational Development), examen de sortie du lycée. [7]

Il a adopté le surnom 50 cent en référence à un criminel new-yorkais [8] , Kelvin D. Martin, qui a oeuvré à Brooklyn dans les années 1980, et dont le surnom était 50 cent. J'ai pris le nom de 50 cent parce qu'il dit tout ce que je veux qu'il dise. Je suis le même genre de personne que 50 cent. Je trouve de quoi vivre par tous les moyens. [9]

Débuts artistiques
En 1996, un ami lui fait rencontrer Jam Master Jay du groupe Run DMC et dont le label est JMJ Records. C'est la première fois que 50 Cent rentre dans un studio. Jay lui apprend à tenir un rythme, écrire des refrains, structurer ses chansons et faire un enregistrement. [10]

En 1997, la petite amie de 50 Cent, Shaniqua Tompkins donne naissance à un fils, Marquis Jackson. Il dira alors : « Mon choix de devenir un artiste dans le domaine musical venait en fait de mon fils. Il me motivait pour aller dans une autre direction. » [11]

Sa première apparition officielle se fait donc pour une chanson intitulée « React », du groupe Onyx, dans l'album Shut 'Em Down, sorti en 1998. Il reconnaît que Jam Master Jay l'a influencé et aidé à améliorer sa capacité à écrire des crochets. [5] Jay produit également le premier album de 50 Cent, album qui n'est hélas jamais sorti de studio. [1]

L'association avec Jam Master Jay ne dure que quelques années. En 1999, le label Trackmasters fait signer 50 Cent, qui se prépare dès lors à sortir son premier album, Power Of The $, sur Columbia Records. Trackmasters est déjà reconnu à New York comme un label puissant, ayant travaillé avec des artistes tel que Nas ou Jay-Z. L'album comporte des singles qui seront des succès, par exemple : « Your Life's on the Line » et « How to Rob ».

À cause de ce dernier single, 50 Cent frôle la mort. Il y explique comment il compte faire pour voler des artistes célèbres, dont Jay-Z, et ses confrères n'apprécient que modérément le single.
Toujours est-il que le 24 mai 2000, devant la maison de ses grands-parents, il se fait tirer dessus à neuf reprises. Une balle l'atteint dans la main gauche, deux dans le bras gauche, une autre dans le dos, une cinquième dans la joue et les dernières dans les jambes. Il passera treize jours à l'hôpital et mettra cinq mois à retrouvrer ses capacités physiques. Il n'a aujourd'hui aucune séquelle physique, même s'il garde des cicatrices, mais c'est cette agression qui lui aurait donné son style de voix caractéristique. Néanmoins, nombre de rappeurs du milieu répugnent à croire ses dires. [12]

Après cette agression, 50 Cent se retrouve indésirable auprès des producteurs américains, et Columbia Records, qui s'apprêtait à sortir son album, renonce à l'opération. Ne trouvant même plus de studio où travailler, il s'exile temporairement au Canada. Les deux années suivantes, Fifty fonde son collectif G-Unit avec Tony Yayo et Lloyd Banks, deux artistes avec lesquels la star du rap se produira notamment en freestyle et mixtapes. Par la suite, lorsque Tony Yayo est incarcéré pour détention illicite d'armes, Young Buck rejoint le groupe.

Si on peut appeler ça maison...Le rappeur 50 Cent s'est offert un vaste domaine bling bling dans le cunnecticut. Tout y est démesuré: dorures, écrans plasma partout, marbre, jacuzzi, plusieurs pièces, lits XXL... du tape à l'oeil à l'américiane quoi! En même temps, on ne va pas s'appeler 50 Cent et vivre dans une petite maison...ben non

L'ascension
En 2002, l'avocat de 50 Cent, qui travaille avec le manager d'Eminem, envoie à ce dernier une copie de l'album Guess Who's Back. Impressionné par le disque, Eminem invite 50 cent à le rejoindre à Los Angeles pour le rencontrer, lui et Dr. Dre. [14] Après avoir signé un contrat d'un million de dollars, 50 cent sort un autre disque de mixtapes, No Mercy, No Fear. Le disque comporte un morceau non-prévu à l'origine, Wanksta, qui fait partie de la bande originale du film d'Eminem 8 Mile.

En 2003, 50 cent sort son premier LP, Get Rich Or Die Tryin', sous le label Shady/Aftermath, avec des chansons telles que P.I.M.P., In Da Club ou 21 Questions. Le succès est immédiat : 800 000 ventes dès la première semaine. C'est également le plus grand succès de l'année 2003 avec près de 12 millions de copies vendues.
La même année, il sort le premier LP de son groupe G-Unit, l'album Beg For Mercy. Encore une fois, le succès est au rendez-vous. En 2005, il enchaîne avec son deuxième LP, toujours sous le même label Shady/Aftermath. 1,14 millions de copies de The Massacre sont vendus en 4 jours ; il s'agit de la sixième meilleure performance de vente de tous les temps. Il établit aussi un autre record (à égalité avec les Beatles) avec 4 singles dans le top 10 des ventes. L'album s'est finalement écoulé à plus de 9.2 millions d'exemplaires au Étas-Unis, on peu donc imaginer que 50 Cent ait fait disque diamant dans le monde (10 milions d'exemplaires et plus).

50 Cent crée ensuite sa ligne de vêtements, qui porte le nom de son groupe : « G-Unit Clothing », enchaîne des contrats avec Reebok et d'autres marques et ouvre son propre label de production, G-Unit Records. En 2006 sort le film tiré de sa vie. Le titre est le nom de son premier album sous Shady/Aftermath, « Get Rich Or Die Tryin' » (traduit en français par « Réussir ou Mourir »). Malgré un certain succès public, ce film s'est trouvé durant de nombreuses semaines dans le top 50 des plus mauvais films notés sur le site IMDB. Il a fait un autre film Home of the Brave, où les critiques sont plutôt positives.

En 2006, 50 Cent a tourné une publicité pour "Vitamine water" et s'est servi de son salaire pour acheter des parts de la société (10%). Cette même société a été rachetée par Coca-Cola pour une somme de 4 milliards de dollars. 50 Cent a alors récolté 10 % de cette somme, soit 400 millions de dollars.[réf. nécessaire]Sa fortune actuelle est estimée à 750 000 000 de dollars d'après le magazine "Forbes", magazine se spécialisant dans les fortunes des entreprises, entrepreneurs et stars..

Controverses
50 Cent compte aujourd'hui sur terre autant de fans que d'ennemis. En effet, son rap reste l'objet de bon nombre de critiques. Les vrais amateurs de hip hop le trouvent trop commercial, car la plupart de ses sons sont taillés pour les clubs, et ses rimes sont de plus en plus faciles. De plus, 50 Cent s'est mis à dos bon nombre de rappeurs, notamment new-yorkais : Jadakiss, Ja Rule, Fat Joe, Nas, Sheek Louch et Styles P.. Il n'hésite pas à les provoquer et à les critiquer dans ses morceaux comme dans « Piggy Bank », de l'album The Massacre (2005). Sa puissance et sa notoriété lui ont permis de compromettre Ja Rule, qui l'avait étrillé dans Blood In My Eyes. De son côté, Fat Joe, irrité par l'attitude de 50 Cent à son égard, a répondu que le succès de Fifty était dû à « In da Club » (En Boîte) mais que paradoxalement, il est lui même introuvable en boite de nuit parce qu'il serait littéralement peureux et paranoïaque. Une récompense a même été offerte à qui rapporterait un cliché de 50 Cent dans toute soirée autre que celles préparées par ses soins. La photo en question n'a jamais été prise.

Depuis début 2005, 50 Cent est en conflit avec le rappeur The Game de Compton, une banlieue de Los Angeles, protégé de Dr. Dre pourtant. La situation est compliquée, puisqu'il s'agit d'un des rares cas où deux artistes d'un même label sont en conflit ouvert. Les deux hommes ont pourtant collaboré dans le passé et ils ont même vendu bon nombre de leurs singles « How We Do » et « Hate It Or Love It ». The Game a nié à la radio le fait que 50 Cent ait contribué au succès de son album The Documentary (2005) alors que, dixit Fifty, ce serait grâce à lui que son album se serait vendu, propos qu'il a tenu dans une interview post-rupture. Mais selon The Game, le fait est que 50 cent s'attribuait déjà le succès avant leur dispute. Par ailleurs, 50 cent aurait demandé la collaboration de son acolyte pour une chanson agressive envers Nas. Ce dernier refusa, expliquant que le rappeur de N.Y.C. était une légende, un génie en matière de rap et qu'il avait du respect pour cet artiste. Vexé, 50 Cent commença à le dénigrer et le californien claqua la porte du groupe. De plus, The Game avait affirmé n'avoir rien contre les rappeurs que 50 Cent attaquait alors qu'il chantait encore avec G-Unit, et qu'il serait même prêt à collaborer avec ceux-ci de temps en temps, ce que 50 Cent a pris comme un défaut de loyauté envers lui. Les deux hommes n'ont toujours pas enterré la hache de guerre. Malgré cela, pour réussir, 50 Cent peut encore compter sur bon nombre de producteurs comme Dr. Dre, Havoc, Scott Storch, Eminem et Cool & Dre, avec qui il entretient de bonnes relations. Le rappeur du Queens a également bon nombre d'amis dans le rap puisque ces deux dernières années, il n'a cessé de signer des talents du genre sur son label G-Unit Records, qui a en peu de temps pris une grande envergure. Ainsi, 50 Cent a déjà signé et collaboré avec le duo Mobb Deep (Prodigy et Havoc), le rappeur Ma$e, M.O.P., Spider Loc, Lil Scrappy (G'sup), Lil Jon, la chanteuse R&B Olivia, etc. Enfin 50 Cent entretient toujours de bonnes, voir de très bonnes relations avec Lloyd Banks, Tony Yayo et Young Buck (les 3 membres initiaux de G-Unit), ainsi qu'avec Missy Elliott et Jay-Z, qu'il respecte à nouveau. Dernièrement, il a fait signer Spider Loc et Young Hot Rod dans son label.

En septembre 2007 il sort l'album Curtis avec un coup médiatique risqué : après avoir proposé à Kanye West d'assister tous les deux à une émission télévisé afin de défendre respectivement leur album et se voyant décliner l'offre, 50 Cent déclara que si ce dernier vendait plus d'album (Graduation) que son nouvel opus (Curtis) la semaine de leur sortie, il mettrait fin à sa carrière solo et ne se consacrerait plus qu'à des collaborations. Kanye West ayant vendu nettement plus d'albums aux États-Unis la semaine du 11 septembre (957 000 contre 691 000 pour l'album de 50 Cent), 50 Cent pourrait s'il tient son engagement annoncer la fin de sa carrière solo. Il convient néanmoins de préciser que les ventes de 50 Cent hors territoire américain, contre-balancent son score négatif, et que sur le plan mondial, "Curtis" s'est mieux vendu que "Graduation". Son pari fut donc gagné. A noter que son prochain album, le dernier de son contrat actuel avec sa maison de disques, est selon toute vraisemblance presque terminé.

Le 31 mars 2008, il sera au coté de Floyd "Money" Mayweather, Jr. à WWE WrestleMania XXIV pour le manager face au Big Show.

Discographie

Power of the Dollar
Sortie: 1999
Label: Full Cup Records / Columbia Records
Position Chart:
Ventes U.S.:
Singles: « How To Rob», « Life's On The Line », « Thug Love »

Guess Who's Back?
Sortie: 26 avril, 2002
Label: Full Cup Records
Position Chart: #28 (U.S.)
Ventes U.S.: 390,000
Singles:

Get Rich or Die Tryin'
Sortie: 6 février 2003 (U.S.)
Label: Shady/Aftermath/Interscope
Position Chart: #1 (U.S.), #2 (UK), #1 (AUS)
Ventes U.S.: 7.3 Millions[15]
Certification: 6x platinum
Ventes mondiale: 12 millions et +
Singles: « In Da Club », « P.I.M.P. », « 21 Questions », « Wanksta] », « Many Men (Wish Death) »

The New Breed (DVD)
Sortie: 15 avril 2003 (U.S.)
Label: Shady/Aftermath/Interscope
Position Chart: #2 (U.S.)
Ventes U.S.: 650,000
Ventes mondiale: 1,100,000

The Massacre
Sortie: 3 mars 2005 (U.S.)
Sortie Special Edition: 6 septembre 2005 (U.S.)
Label: Shady/Aftermath/Interscope
Label Special Edition: Shady/Aftermath/G-Unit/Interscope
Position Chart: #1 (U.S.), #1 (UK), #1 (AUS), #2 (SWE)
Ventes U.S.: 5 Millions[16]
RIAA Certification: 5x Platinum
Ventes mondiale: 10 millions et +
Singles: « Candy Shop », « Just A Lil Bit », « Disco Inferno », « Piggy Bank », « Outta Control »

Get Rich Or Die Tryin' OST

Sortie: 8 novembre 2005 (U.S.)
Label: G-Unit/Interscope
Sortie: #2 (U.S.), #18 (UK), #17 (AUS)
Ventes U.S.: 1.4 Millions[17]
Ventes mondiale: 2 millions
RIAA Certification: Platinum
Singles: « Window Shopper », « Hustler's Ambition », « Have a Party », « Best Friend »

Curtis [1]
Sortie: Reporté (11 septembre 2007) (Mondial)
Label: G-Unit/Shady/Aftermath/Interscope
Sortie: #2 (U.S.), #1 (UK), #1 (AUS)
Ventes U.S.: 1.14 millions (en 4 mois)
Ventes mondiale: 2.5 millions (en 4 mois)
RIAA Certification: Platinum
Singles: « Straight To The Bank », « Amusement Park », « I Get Money », « Ayo Technology feat. Justin Timberlake », « I'll Still Kill (feat. Akon) »


Filmographie

2004 : Groupie Love
2005 : Get Rich Or Die Tryin
2007 : Home of the brave
Source: Wikipedia