September 15, 2011 ACCUEIL Dr. AHUA NEWS2 RDR NEWS NEWSLETTER MOT DES BABINAUTES FAIRE LA PUBLICITE NOS CONTACTS
Copyright 2004©LeConservateur.net All rights reserved. Privacy policy

 

LeConservateur.net
LA PAIX, CE N'EST PAS UN VAIN MOT MAIS UN COMPORTEMENT
IDEOLOGIE
 
LIVRE
SHENKA
 
PUBLICITE

Micro ouvert exclusive sur www.ivoirenews.net

DEBAT SUR LA POLITIQUE AFRICAINE
Cliquer sur la radio pour écouter nos émissions
Cliquer sur la radio
Pour participer appelez
Le Numero
712-432-3900

code d'accès

2136318
suivi de la touche #
 

Les Bonnes affaires
VENDRE OU ACHETER
Tel: 240-351-6471
 
 
 
 
ASSEMBLEE NATIONALE: MAmADOU KOULIBALY
 
COTE D'IVOIRE: Assemblée nationale / Les députés FPI ouvrent la 2è session ordinaire aujourd`hui, Mamadou Koulibaly pas d`accord, Les députés Fpi : « Que le président prenne un décret de dissolution »
Publié le mercredi 5 octobre 2011   |  L'Inter

Refus de disparaître, pourrait-on dire, des députés du Front populaire ivoirien (Fpi), ancien parti au pouvoir, ont décidé de redonner au Parlement ivoirien, son fonctionnement normal jusqu'aux prochaines élections législatives. Ce, en dépit de la volonté des nouvelles autorités de suspendre l'institution, pour son renouvellement. Aussi les députés frontistes vont-ils se retrouver aujourd'hui mercredi 05 octobre 2011 à l'Hémicycle, pour l'ouverture de la deuxième session ordinaire du Parlement pour l'année 2011. Une situation qui s'apparente à un bras de fer engagé avec le pouvoir en place qui ne reconnaît pas la deuxième institution du pays dans sa forme actuelle. Pour le député Guipié Yoro Charles joint au téléphone hier mardi 04 octobre, l'activité d'aujourd'hui s'inscrit dans l'ordre normal du fonctionnement de l'Assemblée nationale. « Il y a deux sessions dans l'année, et la deuxième session s'ouvre le premier mercredi du mois d'octobre et prend fin le deuxième vendredi du mois de décembre. Donc demain, qui est le 1er mercredi d'octobre, nous allons ouvrir la deuxième session. Nous avons des problèmes particuliers sur lesquels nous pourrions plancher, ou peut-être qu'il y a des projets de loi qu'on va nous soumettre. Dans tous les cas, nous allons ouvrir pour travailler », a-t-il dit, annonçant que la 1ère vice- présidente du Parlement, Mme Agoh Marthe, sera présente pour ouvrir la session. Faut-il le rappeler, le président Alassane Ouattara clame haut et fort la fin du mandat des députés de la neuvième législature depuis 2005, soulignant son voeu de mettre en place une nouvelle institution forte. Il a suspendu à cet effet les émoluments des parlementaires ivoiriens. Mais les députés Fpi n'entendent pas les choses de cette oreille. « Entre ce qu'on dit verbalement et ce que dit la loi, il y a une différence. Si le président de la République dit que l'Assemblée nationale est suspendue, ça c'est un fait, mais s'il prend un décret ou une ordonnance pour le signifier, nous nous plierons à cette décision. Le président ne parle pas comme ça, il parle avec un décret ou une ordonnance », a expliqué l'honorable Guipié, précisant toutefois que leur acte d'aujourd'hui n'est aucunement un acte de défiance. « Actuellement, nous ne sommes ni député, ni retraité », fait-il remarquer, rappelant les difficultés dans lesquelles l'indifférence des autorités face à leur situation, les plonge. Les députés Fpi ne tordent-ils pas le coup à la procédure en vigueur avant l'ouverture des sessions de l'Assemblée nationale ? « Non, c'est dans la loi », répond notre interlocuteur, qui précise qu'en l'absence du président de l'Assemblée nationale, la première vice- présidente, Agoh Marthe, qui présidera la cérémonie d'aujourd'hui, a les pleins pouvoirs pour le faire. « Elle l'a déjà fait à plusieurs reprises, et elle le fera aujourd'hui », clarifie-t-il. Soulignant par ailleurs que des courriers ont été adressés aux différents responsables de l'Assemblée nationale, à commencer par le premier, le professeur Mamadou Koulibaly. Ce dernier n'a pas réagi à l'appel des députés Fpi. C'est que, selon un proche collaborateur du président de l'Assemblée nationale, il déplore la procédure et désapprouve l'attitude des députés Fpi. Pour lui, une telle décision découle d'une réunion de la conférence des présidents et suit une procédure bien de l'Assemblée nationale, pour être portée à la connaissance des députés et de l'ensemble des Ivoiriens. C'est cela qui a manqué et qui braque Mamadou Koulibaly contre l'ouverture de la deuxième session ordinaire du Parlement ivoirien pour l'année 2011.

Hamadou ZIAO
 
ECONOMIE: La Banque mondiale donne 200 millions de dollars à la Côte d`Ivoire
WASHINGTON - Publié le jeudi 15 septembre 2011   |  AFP - La Banque mondiale a annoncé jeudi deux dons à la Côte d`Ivoire d`un total de 200 millions de dollars pour la reconstruction du pays et des formations pour ses jeunes. L`institution d`aide au développement a indiqué dans un communiqué que son conseil d`administration avait voté une subvention de 150 millions de dollars pour soutenir des réformes du gouvernement du président Ouattara. Elle les a qualifiées d`"essentielles pour améliorer la gouvernance, la transparence et l`efficacité de la gestion des finances publiques, ainsi que des secteurs essentiels du cacao, de l`énergie et de la finance". Une autre subvention, de 50 millions de dollars, doit "améliorer l`accès au travail temporaire et à des formations professionnelles pour les jeunes hommes et femmes de Côte d`Ivoire".
La Banque mondiale avait annoncé en avril qu`elle était prête à reprendre son aide au pays, gelée quatre mois auparavant à cause de la crise politique provoquée par la décision du président sortant Laurent Gbagbo de s`accrocher au pouvoir malgré sa défaite à l`élection présidentielle de novembre.

L`institution soeur de la Banque, le Fonds monétaire international, a annoncé jeudi avoir trouvé un accord avec le gouvernement ivoirien en vue d`un prêt de 616 millions de dollars au pays.
 
Côte d`Ivoire: le FMI accorde 600 M de dollars et veut des législatives
Publié le jeudi 15 septembre 2011   |  AFP
ABIDJAN - Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé jeudi qu`il allait accorder à la Côte d`Ivoire, qui sort d`une grave crise post-électorale, un appui financier de plus de 600 millions de dollars, et a réclamé la tenue des élections législatives promises pour la fin d`année.

Cet appui (616 M USD), au titre d`une Facilité élargie de crédit (FEC), sous réserve de l`approbation du conseil d`administration du Fonds en novembre, devrait s`étendre jusqu`en 2014, a expliqué le FMI au terme d`une mission de deux semaines à Abidjan.

"La reprise a été plus rapide que prévu, la production industrielle de juin ayant atteint 95% du niveau de l`année précédente, contre 50% en avril", s`est félicitée devant la presse Doris Ross, chef de la mission conjointe du FMI, de la Banque mondiale (BM) et de la Banque africaine de développement (BAD).

"L`actuelle campagne agricole devrait être solide" chez le premier producteur mondial de cacao, a ajouté Mme Ross.

Pour le FMI, le principal objectif est de "reconstruire l`économie après des années de crise intérieure, caractérisée par un faible niveau d`investissement, de croissance et d`emploi".

Le gouvernement doit "améliorer l`environnement sécuritaire, notamment la circulation des biens et des personnes, et mener à bonne fin les élections législatives" prévues au plus tard le 15 décembre, a prévenu l`institution.

La BM a approuvé un appui budgétaire de 150 millions de dollars et un don de 50 millions pour le financement d`un projet en faveur de l`emploi des jeunes.

Cette opération est une "part d`un programme exceptionnel que la BM entend mettre en place en faveur de la Côte d`Ivoire", a expliqué son représentant, Emmanuel Noubissie Ngankam.

Le ministre ivoirien de l`Economie, Charles Diby Koffi, a salué le redressement progressif de l`économie, avec un "niveau de récession qui a été ramené en 100 jours à -5,8%, contre -7,5%". "La descente aux enfers a été freinée, notre économie réagit bien", a-t-il souligné.

En juillet, le FMI a repris son aide à la Côte d`Ivoire, suspendue pendant la sanglante crise post-électorale close avec l`arrestation de l`ex-président Laurent Gbagbo le 11 avril, en décaissant 129 millions de dollars.
 
Une mission du FMI en Côte d`Ivoire pour un nouveau programme économique
Publié le mercredi 31 aout 2011   |  AFP - Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a entamé mercredi une mission de deux semaines en Côte d`Ivoire, la
deuxième en moins de deux mois, en vue de conclure un programme économique devant bénéficier d`un appui financier de 500 millions de dollars.
La mise en oeuvre de ce programme "pendant six mois constitue un préalable important pour l`annulation de la dette extérieure du pays sous l`égide de l`Initiative pour les pays pauvres très endettés" (PPTE), souligne un communiqué de l`Institution à Abidjan.

"J`ai confiance que nous allons arrêter une décision conjointe qui va aider à la reprise économique et attirer l`investissement et l`engagement du secteur privé en Côte d`Ivoire" a déclaré à la presse Doris Ross, chef de la mission conjointe du FMI-Banque mondiale et Banque africaine de développement (BAD).

"Nous allons identifier les différents leviers sur lesquels mettre l`accent pour avoir une croissance plus significative", a affirmé de son côté, le ministre ivoirien de l`Economie et des Finances, Charles Diby Koffi.
Selon M. Koffi, l`économie ivoirienne va enregistrer une croissance négative (-6,4%) en 2011, contre 2,4% en 2010.
En juillet, le FMI a repris son aide à la Côte d`Ivoire, suspendue pendant la crise post-électorale, en décaissant 129 millions de dollars au titre de la Facilité de crédit rapide.